Petit circuit du vallon de Gorgias
>>
Accueil
>
Pédestre
>
Petit circuit du vallon de Gorgias
Entraunes

Petit circuit du vallon de Gorgias

Faune
Flore
Pastoralisme
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion

Dans  le  vallon  de  Gorgias,  les  mélèzes,  pins  cembro  et  pins  à  crochets  constituent  une  forêt  de  reboisement agréable pour le randonneur qui devra cependant fournir quelques efforts pour profiter de senteurs.

À chaque saison ses richesses : si  vous parcourez  le sentier en  été,  vous  y croiserez  sûrement  le  troupeau de moutons en estive. Un peu plus tôt dans la saison, les tapis de rhododendrons seront une explosion de fleurs rouges.

Toute l'année, guettez le Cincle au niveau des passerelles, et le Cassenoix moucheté au sommet des arbres : ce dernier se nourrit des graines du Pin cembro et en oubliant quelques-unes de ses réserves, il contribue à la dispersion et à la reproduction de cet arbre.


1 patrimoine à découvrir
Faune

Le cassenoix moucheté (Nucifraga caryocatactes)

En observant la cime des arbres dans le vallon de Gorgias, vous apercevrez peut-être ce petit passereau de la famille des corvidés. Muni d’un long bec robuste noirâtre, il a un plumage brun moucheté de blanc.

Dans les Alpes, il est indissociable du Pin cembro. Granivore, il a la particularité de se préparer des provisions pour l’hiver qu’il cache dans la terre, tels que des cônes d’arole. Doté d’une mémoire étonnante, il recherchera l’hiver venu ses cachettes à nourriture et ce, même sous un épais manteau neigeux.

Son nid, perché dans un conifère, est par ailleurs un modèle de construction isolante contre les grands froids.

lire la suite

Description

À  la  balise  286,  prendre  le  sentier  qui  entre  dans  la forêt  de  mélèzes  et  de  pins  à  crochets,  en  direction des cabanes  de  Sanguinière,  situées  au  milieu  d’une  agréable clairière. À la première cabane, prendre à droite pour traverser le pré en diagonale, rejoindre la passerelle sur le torrent. Vous apercevrez peut-être le cincle plongeur, brun avec sa grande bavette blanche, appelé aussi le merle d’eau.
Le chemin monte régulièrement en forêt. Dans le sous-bois, le sol est tapissé de rhododendrons et de myrtilliers, dont les fruits sont très appréciés du tétras-lyre. 

Plus haut se trouve le « lac des ciboulettes»  qui tire son nom de l’ail des montagnes. À l’intersection  suivante  (cairn),  bifurquez  sur  votre gauche. Après une petite montée soutenue, suivie d’un bref plat, vous retrouvez le sentier de la roche trouée.

Débutez  alors  la  descente  sur  la gauche,  au  cairn, signalant ce croisement. Longez un cours d’eau temporaire, en profitant de la vue sur le massif de la Gipière. En tendant l’oreille, vous entendrez  peut-être  les  cris  du Cassenoix  moucheté. Plus loin, des arbres couchés vous indiquent que vous traversez  un  couloir  d’avalanche.  Au  torrent,  vous trouverez la balise 287, prendre à gauche en direction d’Estenc pour retrouver les cabanes de Sanguinière.

Départ : Parking de la Sanguinière
Arrivée : "Lac des ciboulettes"
Communes traversées : Entraunes

Profil altimétrique


Recommandations

En coeur de parc
Le Parc national est un territoire naturel, ouvert à tous, mais soumis à une réglementation qu’il est utile de connaître pour préparer son séjour

Accès routiers et parkings

Route du Col de la Cayolle RD 2202

Stationnement :

Parking de Sanguinière (balise 286)

Accessibilité

Aucun

Numéro de secours :
114

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :